Comment devenir accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH) : la fiche métier complète

« Le handicap n’est pas une fatalité. » Si l’on en croit cette célèbre déclaration, on pourrait alors affirmer que toutes les personnes, quels que soient leurs handicaps, ont droit à l’éducation. Cependant, les personnes en charge d’inculquer le savoir à ce type de personne doivent, eux aussi, être formées. Si vous souhaitez devenir Accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH), voici pour vous quelques informations pratiques dont vous aurez besoin.

Que fait l’AESH et quelles sont les aptitudes qu’il doit avoir ?

Pour pouvoir exercer le métier d’Accompagnateur d’élève en situation de handicap, il est important que chaque volontaire puisse comprendre de quoi il s’agit en réalité. Un AESH à trois rôles principaux et plusieurs rôles secondaires.

Dans un premier temps, l’AESH doit suivre l’élève dans son quotidien scolaire, ensuite, il doit tout mettre en œuvre pour que ce dernier ait accès aux activités d’apprentissage. Pour finir, l’AESH doit s’assurer que ces élèves ont une bonne vie sociale.

En ce qui concerne les aptitudes de l’AESH, il est également important de souligner que le secteur de l’éducation pour les personnes en situation de handicap est très précaire. On note même dans certaines régions une quasi-absence des outils indispensables. De plus, le salaire moyen proposé aux accompagnateurs ne convient pas aux exigences de ce travail.

En vue de ces paramètres, il serait primordial qu’une personne qui souhaite devenir AESH soit dotée d’une grande patience et d’un véritable amour pour les enfants, quelles que soient leurs conditions. Cette personne devra savoir travailler en équipe et doit savoir écouter et communiquer afin d’établir un lien unique entre les enfants et lui. Enfin, ce dernier doit pouvoir faire preuve de pédagogie pour faciliter l’apprentissage pour les élèves.

Quelle formation suivre pour devenir AESH ?

Comme toutes autres formations de métier qui nécessitent votre implication physique et intellectuelle, devenir AESH implique également que vous obteniez un diplôme d’État. Ce dernier est un diplôme d’État d’accompagnement éducatif et social (DEAES). Cette formation est composée d’un cursus en commun avec trois spécialités. L’apprenant qui souhaite devenir Accompagnateur d’élève en situation de handicap devra prendre la troisième branche.

Les cours pour devenir AESH comprennent deux phases, la phase théorique et la phase pratique. La première prendra en tout 525 heures tandis que la deuxième phase durera 840 heures. Au total, la formation pour devenir AESH prendra 1365 heures. Ces deux phases peuvent s’étaler sur 1 ou 2 ans.

Pour être admis dans le centre de formation, le volontaire doit subir une épreuve orale et une épreuve écrite. Néanmoins, il existe un autre moyen qui permet d’obtenir son DEAES. Il s’agit de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Quel est le salaire d’un Accompagnant d’élève en situation de handicap ?

Le secteur de l’éducation pour les élèves en situation de handicap est peu pris en compte. Par conséquent, le traitement que l’on réserve aux accompagnateurs n’est pas l’un des plus avantageux. En effet, l’AESH est payé au SMIC quand ce dernier exerce son métier de manière permanente. Toutefois, avec l’évolution et l’expérience acquises, la rémunération d’un AESH peut varier jusqu’à 1700 € maximum.

Les accompagnateurs d’élèves en situation de handicap sont des agents contractuels de la fonction publique. Pour cette raison, ils peuvent alors recevoir des primes et des indemnités. Ces derniers viennent compléter leurs rémunérations de base.

Quelles sont les évolutions de carrière possibles pour l’AESH ?

Lorsqu’un AESH exerce pendant six ans en tant qu’accompagnateur d’élève en situation de handicap, il se voit contacter par le ministère de l’Éducation nationale. Ce dernier doit obligatoirement lui proposer un recrutement avec un Contrat à Durée Indéterminée (CDI). Cette évolution implique également une augmentation de salaire.

Outre ce paramètre, l’AESH, s’il le souhaite, peut associer d’autres formations à celle qu’il possède déjà. Pour se faciliter la tâche, il est souvent conseillé de se tourner vers les domaines qui ont trait aux métiers socio-éducatifs. Il peut s’agir d’un travailleur social, d’un éducateur spécialisé, d’un animateur ou même d’un moniteur éducateur. Cela dit, il est important que le métier que choisira l’AESH cadre avec ces aptitudes et ses savoir-faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *